Tests

Critique de Sakura Wars pour PS4

Critique de Sakura Wars pour PS4

La mythique saga SEGA revient après 10 ans d'oubli.

Dix ans se sont écoulés depuis que le dernier chapitre de la saga Sakura Wars, connu sous le nom de Sakura Taisen au Japon, a frappé le marché et maintenant, SEGA a décidé que le moment était venu de sauver cette franchise avec style. Pour ce faire, la société a choisi d'effectuer un redémarrage avec un nouveau Sakura Wars pour PS4 et de le lancer dans le monde entier. Et, jusqu'à présent, le seul titre de la saga qui avait officiellement vu le jour à l'ouest était Sakura Wars V et cela s'est fait très discrètement sur PS2 et Nintendo Wii. Quelque chose qui heurte profondément le grand phénomène de masse qu'est Sakura Taisen au Japon qui, depuis son lancement original en 1996 pour SEGA Saturn, a eu de nombreuses livraisons et retombées, anime, manga …

La nouvelle Sakura Wars, qui a aussi son propre anime, sera en vente le 28 avril pour la console Sony sur notre territoire (elle est en vente depuis quelques mois au Japon) et nous l'avons déjà joué en profondeur pour vous le dire tout à ce sujet. Alors, nous vous apportons ensuite notre analyse particulière de Sakura Wars pour PS4, où nous vous disons ce que cette aventure offre à mi-chemin entre l'action JRPG et le roman visuel.

La renaissance de l'Imperial Combat Company

L'histoire de Sakura Wars nous emmène à Tokyo en 1940, dans une version steampunk de notre monde avec beaucoup de charme. C'est à nous d'assumer le rôle de Seijuro Kamiyama, un jeune soldat qui vient d'être promu capitaine et qui a été placé à la tête de la division des fleurs de la Tokyo Imperial Combat Company, une section entièrement composée de femmes. Si vous connaissez la saga, certains de ces termes peuvent vous être familiers et c'est que, bien que le nouveau Sakura Wars soit un redémarrage, il utilise l'histoire de la franchise et place son événement 12 ans après ce qui s'est passé dans Sakura Wars 6. Bien sûr, il n'est pas nécessaire d'avoir joué aux titres précédents car tout est très bien expliqué et le jeu se limite à mentionner occasionnellement un personnage de l'ancienne Flower Division, à l'exception de Sumire, qui apparaît dans le jeu comme un personnage incontrôlable.

La nouvelle Flower Divisition est le protagoniste du redémarrage de Sakura Wars.

Ainsi, nous avons découvert qu'après le succès de la mission de l'ancienne division Flor, le monde vit un état de paix qui a conduit les entreprises de combat à se concentrer davantage sur l'offre de services de loisirs à la population que sur les combats. De cette façon, The Flower Division a pris la responsabilité de mettre en scène des œuvres dramatiques au Théâtre Impérial de Ginza, un lieu qu'elles utilisent comme quartier général pour leurs opérations. Malheureusement, le combat dans lequel Sumire, qui est maintenant le directeur de la société Tokyo, et ses coéquipiers ont verrouillé l'Arch Demon dans Shadow Tokyo, a fait d'elle le seul membre de l'équipe à revenir de ce monde sombre, alors la division Flor a dû être renouvelée. Le manque d'expérience des nouvelles filles a mis l'entreprise en faillite, et notre objectif principal est de l'empêcher de disparaître.

Pour atteindre notre objectif, nous devons nous consacrer à bien connaître tous les membres de la division Flor et ainsi veiller à ce qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes sur scène lors des représentations afin que le public assistant soit ravi et remplisse le théâtre lors de futures représentations. Mais cela ne suffit pas pour sauver la Division des fleurs, nous avons donc également l'intention de gagner la World Combat Company pour empocher une grande somme d'argent et ramener le nom de la Compagnie impériale de Tokyo à la place qu'elle mérite, en plus à d'autres fins que nous ne mentionnerons pas afin de ne pas gâcher l'expérience de celui qui veut y jouer. Malheureusement pour tout le monde, juste au moment où les choses semblent aller bien, une brèche s'ouvre dans le ciel, entraînant une énorme invasion démoniaque qui menace de ramener le redoutable Arch Demon.

Ainsi, Sakura Wars a deux sections très différentes. D'une part, nous avons les phases d'aventure et d'autre part les phases de combat, la première étant la plus étendue. Dans les phases d'aventure, nous nous consacrons à parcourir les petites scènes du titre pour parler aux filles en utilisant le populaire système LIPS, ou Live & Interactive Picture System, qui a popularisé la saga SEGA à l'époque. Ce système nous permet de parler aux différents personnages du jeu, de prendre des décisions qui affectent le développement des conversations, pas l'intrigue générale, et le niveau de confiance entre nous et eux (quelque chose de très important face au combat). Au total, il existe quatre types de conversations qui composent le système LIPS, et nous les énumérons ci-dessous et les détaillons.

Sumire revient dans cet épisode, bien qu'il ne soit pas nécessaire de connaître la saga.

  • LIPS standard: c'est le système de dialogue le plus courant dans Sakura Wars. Il nous présente plusieurs réponses possibles et nous devons en sélectionner une avant la fin du temps imparti. Si nous ne le faisons pas, notre personnage ne répond pas, ce qui suscite également des réactions de nos interlocuteurs. Cela dépend de notre réponse que la confiance avec notre partenaire s'améliore ou s'aggrave.

  • Cliquez sur LÈVRES: ce type de conversation est généralement observé lors d'événements de rencontres spéciaux. Lorsque nous atteignons un certain niveau de confiance avec un personnage, nous pouvons accéder à des missions d'amour et en elles, nous avons la possibilité de cliquer sur certaines parties du corps pour les toucher ou les commenter. Ces scènes se développent à la première personne et donnent généralement lieu à des moments comiques avec des accents d'érotisme.

  • LÈVRES analogiques: Parfois, notre rôle de capitaine est de motiver ou de contrôler les émotions du groupe. Par conséquent, le jeu nous demande de choisir l'intensité de notre message en remplissant un indicateur sur l'écran. Nous devons bien calculer la force à donner à nos mots car cela dépend aussi de l'augmentation ou de la diminution de la confiance avec l'équipe.

  • Environnement LIPS: Enfin, dans certains moments de la guerre de Sakura, nous devons surmonter de petits puzzles qui nous obligent à rechercher des indices dans notre environnement. Ainsi, nous pouvons cliquer sur différents éléments des scénarios et voir ce qu'ils cachent.

L'érotisme est très présent lors de certaines conversations.

Comme vous pouvez le voir, les conversations sont la chose la plus importante dans Sakura Wars puisque les parties d'aventure occupent la grande majorité du titre. Au total, Sakura Wars a 8 chapitres et les trois quarts de chacun d'eux consistent à parler, ce qui n'est qu'un quart de phases d'action. Donc Sakura Wars a un rythme très lent et l'histoire commence à devenir vraiment intéressante à partir du chapitre 5. Jusque-là, nous apprenons à mieux connaître nos partenaires et essayons de flirter avec eux dans des scènes pleines de clichés comme en rencontrer un fille dans les salles de bain ou dans les vestiaires et décidez de l'espionner, de regarder sous les jupes ou de regarder ses seins.

Bien sûr, il convient de noter que nous pouvons éviter un grand nombre de conversations car la plupart sont présentées comme des missions secondaires, mais terminer ces missions secondaires devient vraiment aussi important que de surmonter les principales car elles contribuent toutes à améliorer la confiance avec notre camarades et c'est essentiel pour le combat (nous expliquerons plus tard pourquoi). Mais, comme nous avions peur lorsque nous avons présenté nos impressions finales de Sakura Wars, surmonter toutes les missions secondaires, bien qu'intéressant pour gagner en confiance, peut devenir très fastidieux car dans de nombreuses occasions les conversations ne vont nulle part.

Heureusement, pour se déconnecter de tant de conversations, Sakura Wars nous offre une activité parallèle assez divertissante. Il s'agit de Koi-Koi, un jeu de hasard dans lequel nous devons former des groupes de cartes pour vaincre nos rivaux. Au fur et à mesure que nous progressons dans l'histoire de Sakura Wars, nous débloquons de nouveaux adversaires pour Koi-Koi et pouvons rivaliser à tout moment pendant l'aventure ou en accédant à partir du menu principal du titre. De plus, nous pouvons également effectuer des missions secondaires qui vont au-delà des conversations, comme chercher ou acheter des autocollants (où nous voyons des personnages des épisodes précédents de la saga), prendre les commandes du restaurant chinois du quartier de Ginza, surmonter les défis du contre-la-montre ou nous déguiser de la mascotte du théâtre pour le promouvoir. Pourtant, tout cela ne nous empêche pas de sentir que le rythme du jeu est plus que dépassé. Et quand il est temps de se battre, ce n'est pas comme si ça devenait beaucoup plus excitant.

Koi-Koi est un mini-jeu de cartes divertissant qui sert à vous distraire.

Division des fleurs, allez-y!

Pour affronter les démons qui apparaissent dans le monde des guerres de Sakura et, à l'occasion, des membres d'autres compagnies de combat, nous utilisons les soi-disant arites spirituels, de puissants mechas capables de se synchroniser avec la force intérieure de leurs conducteurs pour mener des attaques dévastatrices. . Les combats se déroulent en groupe et, bien que nous ne contrôlions qu'un bélier spirituel, nous pouvons changer de compagnon en appuyant sur un bouton. Bien sûr, chaque mecha a ses propres caractéristiques et armes, donc se battre avec chacune est très différent. Par exemple, certains personnages sont idéaux pour le combat au corps à corps, d'autres pour le combat à distance, certains utilisent des armes blanches, d'autres de magie, d'autres armes à feu, etc.

Malgré la variété décente de mèches que nous pouvons utiliser, les combats ne finissent pas par être attrayants. La nouvelle PS4 Sakura Wars opte pour un système de combat en temps réel, laissant derrière lui les batailles classiques au tour par tour de la saga. Ce système est très simple et repose sur la combinaison des deux boutons d'attaque pour effectuer des combos très limités. À cela s'ajoute le bouton esquiver qui, lorsqu'il est pressé au bon moment, ralentit l'action afin que nous puissions exécuter des coups plus rapidement. De plus, en collectant les orbes que les ennemis libèrent lorsqu'ils sont vaincus, nous pouvons activer l'attaque spéciale du Bélier que nous contrôlons une fois que nous avons rempli sa barre de puissance, déclenchant ainsi une puissante offensive capable de vaincre plusieurs ennemis ou les derniers patrons de un coup.

Comme si cela ne suffisait pas, lorsque nous avons le maximum de confiance avec nos partenaires de combat (d'où l'importance de terminer toutes les conversations), nous pouvons également exécuter des attaques d'équipe, donnant lieu à des séquences animées mettant en vedette les deux personnages qui se battent pour puis réapparaissent sur le champ de bataille avec une force accrue. Tout cela se traduit par des combats trop faciles à surmonter. Et, Sakura Wars n'est pas un vrai défi pour le joueur à tout moment. Par conséquent, si vous vous attendiez à des batailles de mecha difficiles, vous ne les trouverez pas ici car ni le boss final du jeu ne vous posera de problème. Pour aggraver les choses, comme nous l'avons déjà prévu, les affrontements sont très rares dans l'aventure et lorsque les phases de combat arrivent, elles ne durent pas plus de 20 minutes étant généreuses.

Les batailles de Sakura Wars sont clairsemées, courtes et simples.

Heureusement, à partir du troisième chapitre de Sakura Wars, nous débloquons un simulateur de combat qui nous permet de surmonter à nouveau n'importe quelle phase d'action du titre, mais en utilisant les personnages que nous voulons, sans avoir à se battre avec ceux dictés par le récit. Bien sûr, ce n'est pas que ce simulateur sert à compenser le manque d'action dans le titre car jouer les mêmes phases encore et encore n'est pas très excitant, surtout lorsque les scénarios de combat sont pasileros et fades dans leurs conceptions, sans parler de la faible variété d'ennemis qui apparaissent dans le jeu.

Il est vrai qu'il y a aussi parfois de petites batailles au milieu des phases d'aventure, mais elles sont très rares, il ne faut pas plus de 3-5 minutes pour les surmonter et elles sont toujours sur la même scène que les rues de Ginza. En revanche, dans les deux derniers chapitres de Sakura Wars, l'action prend un peu plus d'importance puisque le récit l'exige, mais il est encore assez tard et il est possible que des joueurs moins patients décident de quitter le jeu avant de léguer à cela point.

Fleur de cerisier

En ce qui concerne les questions techniques, Sakura Wars pour PS4 est également plein de lumière et d'ombre. D'une part, nous trouvons un design de personnage délicieux et de superbes scènes d'anime qui servent à introduire des événements et à rythmer le récit si nécessaire. De plus, la structure du titre est également très attrayante car il a été pensé comme s'il s'agissait d'une série d'animation japonaise. Sakura Wars est divisé en 8 chapitres qui à leur tour ont des entractes, comme si la diffusion devait passer à la publicité. Bien sûr, comme dans l'anime, à la fin d'un chapitre, un petit aperçu du suivant commence par des scènes de ce que nous y verrons, ce qui pourrait susciter l'intérêt de continuer à jouer.

Les scènes animées coupées servent à faire avancer le développement de l'histoire.

D'un autre côté, nous constatons le contraire lorsque nous parlons des scénarios. S'il est vrai qu'ils sont pleins de couleurs et d'éléments colorés, il est également vrai que les paramètres de Sakura Wars sont excessivement petits et limités. Il n'est donc pas surprenant que l'on se lasse vite de toujours voir la même chose et d'aller d'un endroit à un autre pour achever des missions de dialogue. Dommage car Sakura Wars a une esthétique qui mérite d'être admirée grâce au travail de grands créateurs de personnages tels que Tite Kubo, Yukiko Horiguchi, BUNBUN, Fumikane Shimada, Ken Sugimori, Shigenori Soejima.

De son côté, la section son laisse aussi du bon et du mauvais. Mieux encore, juste après le début du jeu. Et, Kohei Tanaka (One Piece) a composé le thème principal de Sakura Wars (vous pouvez découvrir dans la vidéo que nous vous avons laissée au début de l'analyse). Une composition qui sera difficile à sortir de votre tête dans longtemps. Malheureusement, les autres chansons du jeu sont trop répétées, ce qui finit par fatiguer excessivement et nuit à votre bonne facture. Et quant aux voix, en japonais avec sous-titres espagnols, elles sont très bien travaillées. Bien que comme tout dans cette guerre de Sakura, ils en ont également un, car la plupart des dialogues du titre sont silencieux. Pour le reste, les performances du titre sont assez correctes, sans bugs gênants et sans perte d'images, bien qu'il soit vrai que cela ne limite pas non plus les consoles Sony.

Avantages

  • Le système LIPS est varié et attractif.
  • Conception des personnages.
  • Le thème principal de son BSO.
  • Les voix en japonais.

Inconvénients

  • Combat facile et simple.
  • Petits scénarios rares.
  • L'intrigue prend beaucoup de temps pour devenir intéressante.
  • Son érotisme, bien qu'amusant, est plein de clichés.

Le verdict

Le redémarrage de la saga Sakura Wars a une approche intéressante mais il ne finit pas bien exécuté. Ses 35 à 40 heures de jeu sont lentes et les combats sont fades et trop faciles. Parler avec les filles de la division Flor n'est pas toujours intéressant et, bien que les touches épicées de certains dialogues et situations soient amusantes à de nombreuses reprises, elles sont pleines de clichés. Les activités secondaires telles que le mini-jeu Koi-Koi peuvent apporter de l'air frais lorsque nous en avons assez de visiter les quelques et petits scénarios du titre, mais ils ne suffisent pas non plus. Il est vrai que les dessins des personnages, les scènes d'anime et la musique sont à un haut niveau, mais la simplicité des combats et le lent développement de l'histoire, qui ne gagne en émotion qu'au chapitre 5 des 8 qui composent l'ensemble de la jeu, ils rendent l'expérience pas entièrement satisfaisante. Une fois terminé, il peut être à nouveau surmonté avec le New Game +, qui préserve la progression de la confiance entre les personnages, la collection d'autocollants et les personnages Koi-Koi, mais ce n'est pas une raison suffisante pour revenir à l'aventure. Cela peut être un bon point de départ pour de futurs versements, bien que l'on attendait beaucoup plus d'un titre dont l'objectif principal était de ramener la saga SEGA au plus haut niveau mondial après 10 ans d'attente.

À propos de l'auteur

Chris Watson, donne vie au monde virtuel grâce à un contenu captivant. En tant qu'amateur de jeux vidéo chevronné et éditeur de contenu expérimenté, je m'efforce d'offrir l'expérience de jeu ultime aux passionnés du monde entier. Rejoignez-moi dans une aventure à travers les pixels et les récits. Montons de niveau ensemble !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *