News

Interview : Matthew Karch, PDG de Saber Interactive, met les choses au clair après le départ controversé d'Embracer

Interview : Matthew Karch, PDG de Saber Interactive, met les choses au clair après le départ controversé d'Embracer
A lire aussi :Amazon réserve une surprise à ses abonnés à l'occasion de la première de Fallout sur Prime Video

Après la séparation de Sabre en raison des problèmes récents d'Embraceril serait facile de s'attendre à ce que quelqu'un comme le PDG de Saber Interactive (et propriétaire, via la société holding Beacon Interactive), Matthew Karch, soit un peu léger, voire méchant. Mais ce n'est pas comme ça.

Et ne vous perdez pas…Même si la saga a toujours été populaire sur PC, les joueurs de Diablo IV ont choisi Xbox

S'adressant à JeuxPourTous plus tôt cette semaine, Karch semble plus heureux qu'autre chose. Il dit que partir était doux-amer., donc même s'il est satisfait de sa décision, il est également satisfait du chemin sinueux que lui et Embracer ont emprunté pour y arriver. Karch me dit que, pour commencer, ne regrette pas d'avoir été acquis par Embracer. “Pour l'essentiel, les choses se sont déroulées comme je l'avais imaginé, du moins pendant les deux premières années.”

Remontez un peu dans le temps. En février 2020, lorsqu'Embracer acquiert Sabre pour 525 millions de dollars, l'éditeur est en pleine croissance. Elle venait d'acquérir Bigmoon Entertainment en octobre et avait lancé World War Z avec beaucoup de succès. Karch dit que lui et son co-fondateur Andrey Iones savaient qu'ils avaient deux options. Ils pourraient continuer sur cette voie, en créant World War Z 2 et en acquérant encore plus de licences pour créer des jeux ; ou ils pourraient trouver un partenaire qui “a soutenu nos ambitions de répéter ce que nous pensions avoir réussi à faire avec succès et de trouver un moyen d'augmenter la vitesse à laquelle nous pourrions développer des produits et mettre du contenu sur le marché”.

“Et c'est à peu près ce qui s'est passé”, dit Karch.

Embrasser l'Embrasseur

La stratégie d'Embracer à cette époque était, selon Karch, l'acquisition. Il compare l'entreprise à Pac-man “engloutissant tout à l'écran”. Mais cela coïncidait également pleinement avec les souhaits de Saber.. Avec Embracer, Saber se hizo avec les développeurs Metro 4A Games, New World Interactive, 34BigThings, Mad Head Games, Nimble Giant Entertainment, Snapshot Games, 3D Realms, Slipgate Ironworks, SmartPhone Labs, Demiurge Studios, Fractured Byte, Bytext, DIGIC Pictures, Shiver Entertainment et Zen Studios. Il a également brièvement supervisé Aspyrbien que celui-ci ait été acquis directement par Embracer lui-même.

“Ce sont des développeurs qui ont l'un des deux problèmes suivants, non pas dans le sens négatif, mais dans le sens où c'est ainsi que fonctionne cette entreprise”, explique Karch à propos des studios rachetés par Sabre, en faisant spécifiquement référence à 4A, Mad Head, Nimble Giant. et DIGIC. “Les développeurs et J'ai été longtemps l'un d'entre eux, ils se soucient avant tout de garder la lumière. Il est vraiment difficile de sortir de cette ornière lorsque vous êtes un développeur essayant constamment de trouver des contrats pour maintenir votre entreprise à flot et garder les lumières allumées. Et donc vous concluez souvent de mauvaises affaires avec des rédacteurs et des éditeurs qui prennent la plupart des revenus ou changent d'avis en cours de projet ou autre. Et au final, nous trouvons des développeurs très talentueux qui Ils n'ont jamais eu un cycle de développement complet faire quelque chose qui représente vraiment ce dont ils sont capables. J'ai vu cela comme une opportunité de emmener ces développeurs dans un endroit où ils ne pourraient peut-être pas accéder seuls“.

Karch donne l'exemple de 4A Games, dont il dit que “J'avais un autre projet sur lequel je travaillais” qui n'était pas Metro au moment où Sabre l'a acquis. Mais l'équipe n'a pas pu s'y consacrer entièrement car elle était concentrée sur Metro, et Karch affirme que l'entreprise n'était pas assez « efficace » pour faire les deux. Mais, poursuit-il, Sabre a aidé 4A à créer une deuxième équipe, et 4A a commencé à travailler plus en profondeur sur le projet.

Donc, si Karch était si satisfait de l’accord Embracer au départ, que s’est-il passé ? Ce n'est pas du sang-froid, dit Karch. À votre avis, Saber quitte Embracer en “très bons termes”, et fait l'éloge avec effusion du PDG d'Embracer, Lars Wingefors, qu'il qualifie à plusieurs reprises de « très bonne personne » et d'« homme de parole ». Il dit que c'est la plus grande différence entre lui et Wingefors est que Wingefors croit à la gestion décentralisée, et Karch ne le croit pas. Alors que Wingefors souhaite que les studios fonctionnent de manière assez indépendante au sein de la structure plus large d'Embracer, Karch souhaite être plus actif. “Personne n'a raison ou tort, ils sont juste différents.”

Juste une entreprise locale

Au début, Embracer se passait bien et tout se déroulait comme prévu, mais Karch affirme que le marché n'a pas été « patient » avec l'entrepriseet cela a provoqué des problèmes financiers qui ont forcé plusieurs actifs, y compris Sabre, à dire au revoir.

“Je me promenais dans la GDC et recevais des félicitations et des gens qui m'ont dit qu'Embracer était l'empire du mal” dit Karch. ” Embracer est l'organisation la plus populaire et la plus autochtone jamais vue. Ce n'est pas une entreprise qui veut sortir un millier de jeux du Seigneur des Anneaux sans se demander si ces jeux du Seigneur des Anneaux vont ou non nuire à la licence. Embracer ne fonctionne pas comme ça. Ce n'est pas la façon d'agir de Lars. Il aime la propriété intellectuelle. Il adore les jeux. Il adore les développeurs de jeux vidéo. Cela a commencé dans la bande dessinée. “Dieu sait combien de temps cela fait, et c'est juste un bon être humain, et il se soucie de son peuple.”

Mais quand le marché a changé, il a perdu patience. Et lorsque le marché a perdu patience, des décisions difficiles ont dû être prises car il n’y avait aucun moyen de maintenir tout ce qui se passait. Et c'est pourquoi les licenciements ont eu lieu. Je ne pense pas que les licenciements qu'Embracer a subis aient été plus importants que ceux qui ont eu lieu ailleurs, mais Embracer, parce qu'il a acquis si rapidement, a acquis une réputation parce qu'il a dû licencier des gens rapidement“.

Embracer est l’organisation autochtone la plus populaire jamais vue.

Je m'y oppose, soulignant que c'est probablement une vente difficile pour les joueurs et les développeurs, étant donné l'énorme somme d'argent qu'Embracer jetait. Il y a des gens qui ont perdu leurs moyens de subsistance à cause de cela. je le compare avec essayer de convaincre les gens qu'un bateau de croisière géant est en réalité un petit voilier.

Karch montre compréhension des personnes lésées par les licenciementsmais pas avec la perception du public d'Embracer.

“Il est très facile de regarder une situation de l'extérieur quand tu ne connais pas les gens qui le vivent ni ce qui les guide et en tire des conclusions“, répond-il. “Nous pourrions affirmer que beaucoup d'emplois perdus étaient des emplois qui autrement n'auraient pas été créés… Certains des studios que nous avons supprimés n'auraient jamais pu se développer comme ils l'ont fait. Certainement pas. Nous avons créé de nombreux emploiset il est possible que, surtout dans ce ralentissement du marché, ils aient fait faillite parce que le capital a été épuisé, non seulement à Embracer, mais partout. “Il y a eu une longue période pendant laquelle personne n'a investi.”

“…Je pense que Lars peut être blâmé pour avoir été un peu naïf de penser que ce train de fortune continuerait. Mais je pense qu'ils peuvent désormais être admirés pour avoir pris des décisions difficiles et avoir fait tout ce qu'ils pouvaient pour préserver tout ce qu'ils ont construit de manière juste et équitable… Je pense que certaines personnes ont vu ces acquisitions et ont été en colère contre Embracer lors de leur acquisition. Je me souviens de beaucoup de commentaires négatifs à propos d’eux qui engloutissaient tout.. Et c'est pourquoi maintenant ils se réjouissent un peu… ce qui ne me semble pas tout à fait juste. Mais donnez une pause à Lars ou demandez à quelqu'un de lui en donner une. Dites au monde que j'ai dit qu'ils devaient lui donner une pause.”

Problèmes dans le Triple A

Karch est prêt à admettre que Embracer a fait quelques erreurs. Par exemple, certains des projets clôturés par Embracer, selon Karch, n'auraient jamais dû être démarrés. Il dit qu'il a été directeur des opérations pendant six mois et a dû faire des recommandations difficilesnotant que plusieurs grandes idées en cours de développement ont été confiées à des équipes sans la capacité de les réaliser. Nous avons donc dû les annuler et laisser partir les équipes..

Dans le cas de Gearbox, ce n'était pas une question de compétence. Karch dit qu'il “ne pense pas que Gearbox aurait dû être ailleurs que chez Take-Two” et Il ne sait pas pourquoi Take-Two ne l'a pas acheté plus tôt. Mais il affirme que l'étude a des « ambitions très, très élevées » qui n'étaient pas viables pour Embracer, car les projets étaient « potentiellement risqués »“.

“Dans l'ensemble, je dirais que le développement de l'AAA est devenu très risqué. Et c'est là que Saber est différent. Saber, je pense, Vous pouvez créer des AAA, mais sans budget AAA“.

Saber, explique-t-il, propose de nombreux projets différents à prix modéré, contre un petit nombre très coûteux. Mais reste, les coûts sont considérables. De même, Sabre dépense moins d’argent en développement que de nombreuses autres sociétés en raison de l’emplacement de bon nombre de ses studios mondiaux. Mais ces économies de coûts a été dans une certaine mesure compromise ces dernières années pour des problèmes géopolitiques avec la Russie (où Sabre compte un nombre important de développeurs travaillant) au milieu de sa guerre avec l'Ukraine.

Cependant, la combinaison de ces facteurs signifiait que Sabre, en particulier, était bien placé pour devenir indépendant d'Embracer, épargnant ainsi les risques à sa société mère en difficulté, tout en restant autonome et performant.

“Je suis allé voir Lars et Je lui ai dit : “Je pense que Sabre doit faire partie des équipes qui partent”.” dit Karch. ” Et ça a été doux-amer. Je veux dire, c'est vraiment le cas, parce que j'aime ces gens… Je veux dire, ils sont de la famille. J'ai fait la guerre, aux côtés de ces gens. Ce sont mes amis. C'était donc une décision très difficile, mais je pense qu'en fin de compte, Embracer devait devenir plus petit et se concentrer davantage, il lui fallait réduire ses dépenses sur certains jeux. Et est-ce que j'espère qu'Embracer le regrettera quand il verra à quel point Space Marine 2 est devenu grand ? Non, je ne veux pas qu'ils le regrettent. Je veux qu'ils soient heureux pour moi, mais en fait, j'aurais adoré ce match…

About author

Chris Watson, donne vie au monde virtuel grâce à un contenu captivant. En tant qu'amateur de jeux vidéo chevronné et éditeur de contenu expérimenté, je m'efforce d'offrir l'expérience de jeu ultime aux passionnés du monde entier. Rejoignez-moi dans une aventure à travers les pixels et les récits. Montons de niveau ensemble !