News

Tests de Banishers : Ghosts of New Eden, un jeu capable de vous couper le souffle

Analyse de Banishers : Ghosts of New Eden, un jeu capable de vous couper le souffle

Je suis les projets DON’T NOD depuis longtemps pour de nombreuses raisons différentes, mais parmi toutes, J’en soulignerais deux: à cause de la beauté de leurs mondes et parce que presque toutes les histoires, en plus d’être passionnantes, ils nous emmènent à posez-nous les questions éthiques les plus intéressantes. Par exemple, l’année dernière, j’ai eu l’occasion de profiter de Harmony: The Fall of Reverie, un jeu dans lequel, malgré la possibilité de connaître une partie du futur, il m’a montré que il y a toujours des conséquences inattendues. Après avoir vécu une expérience aussi enrichissante, je ne pouvais pas rater le train Banishers : Ghosts of New Eden. Je voulais vivre une histoire pleine de dilemmes éthiques et de fantômes, que j’adore, mais aussi une histoire capable de me laisser sans voix et, en même temps, de me mettre au bord des larmes. Dans le nouveau DON’T NOD, j’ai trouvé cela et bien plus encore.

Avant de commencer à parler de l’histoire de Banishers : Ghosts of New Eden, je tiens à préciser que Cette critique est sans spoiler.. Je ne vais rien commenter en dehors de ce qui a été révélé à travers les différentes descriptions et vidéos du jeu.

La vie aux vivants, la mort aux morts

Nouvel Éden, 1695. C’est ici que commence l’histoire d’Antea et Red, deux exilés qui ont reçu une lettre pour libérer la colonie nord-américaine de une terrible malédiction qui touche tous les colons. Vous vous demandez peut-être ce qu’est un bannisseur, et la réponse est très simple : c’est quelqu’un capable de communiquer avec les esprits et qui a l’obligation de maintenir l’équilibre entre le monde des vivants et le monde des morts. Le jeu commence directement avec les protagonistes, montrant à quoi ressemble leur relation : Ils sont professeur et élève, oui, mais ils sont aussi amoureux. Gardez ce détail à l’esprit, car il est très important pour la suite.

Une fois arrivé à New Eden, vous devez faire l’essentiel : vous déplacer dans la ville, chercher des indices et parler aux colons, tout pour comprendre ce qui se passe. Ce qui ressemble à n’importe quelle mission finit par devenir une torture pour Red et Antea, avec la dernière perdant la vie et devenant plus spirituelle. C’est ici que commence le véritable voyage, celui qui vous permet d’ouvrir toute la carte de New Eden et de découvrir tous les secrets cachés dans son monde et, accessoirement, ce que cachent ses habitants.

Il est très difficile de se connecter avec Red et Antea dans les premières minutes (et même heures) du jeu. Les premiers instants de contrôle et d’écoute m’ont laissé très froid, mais finalement j’ai compris que c’est le plaisir du jeu. Banishers : Ghosts of New Eden commence comme un théâtre, avec vous assis dans un fauteuil et profitant tranquillement de la pièce. Soudain, sans vous en rendre compte, vous vous considérez comme faisant partie du travail. L’expérience vous enveloppe petit à petit jusqu’à vous obliger à mettre la main à la pâte. devoir prendre une décision. Certains choix servent à maintenir le joueur connecté à l’histoire, tandis que d’autres, les plus importants, concernent le Cas de présence. Voici la véritable essence du jeu, ce qui fait de Banishers : Ghosts of New Eden un jeu DON’T NOD.

Serez-vous capable de condamner une seule âme pour Antea ?

Supprimer la malédiction de New Eden n’est pas la seule qui repose sur vos épaules. Vous devez également aider quelques colons, qui sont affectés par des esprits qui restent sur Terre alors qu’ils ne devraient pas. Quelques entretiens, lettres et indices divers suffiront pour connaître l’affaire en profondeur et, enfin, prendre une décision. Dans les cas de présence, vous avez le choix entre trois options : condamner la personne vivante, bannir les âmes des défunts ou les libérer. Les décisions que vous prenez sont très importantes pour le développement de l’histoire, surtout pour la fin, puisqu’il y en a quelques. Mais c’est aussi vrai pour le destin d’Antea. En tant que bannisseur, vous êtes obligé de lui donner l’ascension, mais… et si nous enfreignions les règles pour ramener notre bien-aimée à la vie ? La décision dépend uniquement et exclusivement de vous..

Certains cas de présence sont obligatoiredevant leur donner une réponse pour continuer l’histoire, tandis que d’autres sont totalement facultatif. Ma recommandation est que vous les fassiez toutes, car même si certaines peuvent sembler tout à fait prévisibles, d’autres sont une vraie surprise et cachent des histoires vraiment crues. Les différentes affaires fantomatiques donnent de la richesse à une histoire qui continue un très bon rythmeoù les pièces s’emboîtent petit à petit, et Ils offrent au joueur des heures de plaisir supplémentaire (et des maux de tête).

Il faut entre 25 et 30 heures pour réaliser la campagne. Je le répète, seulement la campagne. Si vous souhaitez terminer tous les cas de présence et les quêtes secondaires qui en découlent, alors il te faudra encore une bonne poignée d’heures. Et amateurs de collection et de trophées, je vous apporte une excellente nouvelle : New Eden regorge d’objets cachés. Coffres, nids, collectionneurs d’armes, coffres maudits… Banishers : Ghosts of New Eden possède un grand nombre d’objets de collection qui Ils parviennent à élargir encore plus l’expérience et, ce faisant, à rendre plus d’un joueur heureux.

Une connexion incassable

Il est maintenant temps de se concentrer sur un autre point important : le gameplay. Tout comme ce qui m’est arrivé avec ma propre connexion avec les personnages, le combat ne m’a pas dit grand chose au début. Vous voyez que Red et Antea sont très agiles lorsqu’il s’agit d’écraser un mauvais esprit occasionnel, mais rien d’autre. Si quelque chose m’est apparu clair, c’est que l’histoire et l’expérience offertes par Banishers: Ghosts of New Eden se poursuivent à un rythme ascendant: L’évolution des personnages s’enrichit, ce qui vous amène à tomber follement amoureux d’eux, et leurs compétences de combat s’améliorent.

L’un des points forts de Banishers : Ghosts of New Eden est que vous permet de combattre à la fois Red et Antea. Il suffit d’appuyer sur un simple bouton pour basculer de l’un à l’autre, selon que vous souhaitez profiter de la force de Red ou de la vision et des pouvoirs spectraux d’Antea. Ses pouvoirs sont très utiles pour découvrir tous les secrets, mais aussi pour faire beaucoup de dégâts aux esprits ennemis.. Au fil de l’histoire, Antea acquiert de nouvelles compétences, tout comme Red. Une série d’arbres de compétences sont débloqués à partir desquels vous pouvez sélectionner vos mouvements préféréscréant ainsi votre propre style de jeu et une série de combos qui, vus en action, sont précieux. Les compétences sont soutenues par équipement de personnage. Vous pouvez obtenir et améliorer une série d’objets (des costumes et armes aux amulettes et broches), qui augmenteront les attributs des personnages (force, dextérité, sagesse,…). Ce qui commence comme un combat agile mais ordinaire, Cela finit par être un véritable spectacle et une belle danse entre la vie et la mort., bien qu’il y ait quelques ratés dus aux performances. Celui-ci a l’air particulièrement puni dans les moments où il y a une action extrême.

Et en parlant de beauté, les différents menus du jeu sont magnifiques et, bien que plongés dans une malédiction, le monde semi-ouvert de New Eden mérite d’être admiré. Montagnes enneigées, forêts luxuriantes, mines sombres où l’on trouve toujours un petit rayon de lumière,… Vous trouverez une multitude de scénarios différents, chacun d’eux avec une beauté qui lui est propre. Parfois, vous avez envie de mettre de côté votre combat contre les morts (et peut-être même contre vous-même) pour profiter de la vue et donner la paix à votre âme. Banishers : Ghosts of New Eden dispose du mode photo typique pour capturer tous ces scénarios. C’est très utile, bien qu’un peu simple, et j’ai assez remarqué l’absence de certains outils présents dans le mode Photo d’autres jeux.

Banishers: Ghosts of New Eden est une expérience difficile et belle à parts égales

Le résumé de tout cela, c’est qu’une fois de plus, DON’T NOD a récidivé. Banishers: Ghosts of New Eden suit la ligne habituelle du studio, poussant sa carrière à un niveau supérieur. Je suis tombé sur une histoire très crue et difficile qui vous fait tout remettre en question constamment. J’aime Antea, je veux qu’elle revienne à la vie, je donnerais tout pour elle… non ? Vais-je vraiment sacrifier une bonne poignée d’âmes pour elle ? Qu’est-ce qui ne va pas avec ces gens ? Les dilemme éthique ceux auxquels l’étude de Life is Strange nous confronte toujours et qui, même s’ils blessent, ça fait du bien de les parcourir.

Mais tout ne souffre pas des décisions que nous devons prendre. Banishers : Ghosts of New Eden est capable de te faire soupirer pour les protagonistes et pour leurs démonstrations d’affection, pour un combat des plus dynamiques et satisfaisants et pour les sections visuelles et artistiques. L’expérience, même si très immersif et enrichissantvous devez voir vos performances améliorées, et J’espère que le patch est prévu pour le jour de la sortie apporter la solution.

Banishers : Ghosts of New Eden sera disponible demain, le 13 février 2023, sur PC, Xbox Series X|S et PlayStation 5.

À propos de l'auteur

Chris Watson, donne vie au monde virtuel grâce à un contenu captivant. En tant qu'amateur de jeux vidéo chevronné et éditeur de contenu expérimenté, je m'efforce d'offrir l'expérience de jeu ultime aux passionnés du monde entier. Rejoignez-moi dans une aventure à travers les pixels et les récits. Montons de niveau ensemble !